OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

BNP Paribas: l’affaire GameStop peut avoir des répercussions durables, selon BNP Paribas

SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

PARIS (Reuters) – La folie qui a entouré GameStop et d’autres titres pourrait avoir des conséquences durables sur les marchés financiers si ce genre de phénomène se reproduisait régulièrement, affirme-t-on chez BNP Paribas.

La ruée vers les options d’achat par une communauté d’investisseurs particuliers s’organisant sur des forums spécialisés a fait exploser plusieurs valeurs sur lesquelles les hedge funds pariaient à la baisse, les obligeant à couvrir leurs positions courtes et à les financer. à leur tour de remonter les titres concernés.

Dans ce cas, les options d’achat sur actions individuelles sont utilisées comme des billets de loterie, le risque de perte étant compensé par le mince espoir d’un gain appréciable, selon William de Vijlder, économiste en chef de BNP Paribas.

“Si cet événement reste exceptionnel, il ne devrait pas avoir de conséquences a priori durables”, a-t-il écrit dans une note publiée lundi. “En revanche, s’il devient un phénomène récurrent, certains de ses effets pourraient être durables.”

Les événements de ces derniers jours ont donné lieu à un effet domino sur le reste du marché, comme en témoigne la hausse de l’indice mesurant la volatilité implicite du S & amp; P-500, souligne l’économiste.

S’ils étaient répétés, ils pourraient conduire à une réticence à vendre à découvert, ce qui, selon lui, “réduirait l’efficacité informationnelle des cours des actions”.

William de Vijlder se réfère ainsi à une théorie financière selon laquelle plus les vendeurs à découvert sont actifs, plus les cours des actions sont précis.

“Les investisseurs qui choisissent des titres doivent également en tenir compte”, poursuit l’économiste. “Cela pourrait influencer leur décision d’investir dans des petites ou grandes entreprises, des actions ou des obligations. De même, cela pourrait augmenter la prime de risque exigée et influencer le coût du capital des entreprises.”

(Patrick Vignal, édité par Marc Angrand)