Bourses européennes en attente de direction

Vers 9h55, la Bourse de Paris était à l’équilibre (+ 0,04%), Francfort était en baisse de 0,38%. Londres (+ 0,08%) et Milan (-0,12%) sont presque stables.

Les marchés boursiers européens étaient indécis mercredi matin alors qu’ils attendaient d’être guidés par les annonces de la Banque centrale américaine et les publications de trois géants américains de la technologie prévues pour la soirée.

Vers 9h55, la Bourse de Paris était à l’équilibre (+ 0,04%), Francfort était en baisse de 0,38%. Londres (+ 0,08%) et Milan (-0,12%) sont presque stables.

L’Asie a également terminé sans grande conviction: à Tokyo, l’indice phare Nikkei, qui a baissé de près de 1% mardi, a repris 0,31%, soutenu par la perspective de bons résultats trimestriels pour les entreprises japonaises.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng s’est terminé sans direction (-0,3%) tout comme l’indice composite de Shanghai à + 0,1% en Chine continentale.

Bien que la stratégie de la Fed, qui devrait maintenir ses politiques accommodantes, ne fasse guère de doute, des incertitudes demeurent quant au plan d’aide économique de 1,9 billion de dollars présenté par le nouveau président américain Joe Biden.

«Le nouveau plan de relance mis sur la table par le président Biden sera très probablement revu à la baisse ou retardé», a déclaré Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Bank. Cependant, observe-t-il, « les marchés restent confiants, la Fed devrait être sur place pour compenser une éventuelle baisse ou un retard dans la fourniture de l’enveloppe ».

Sur le front de la santé, « les retards dans les vaccins et la campagne de vaccination au ralenti donnent des maux de tête aux investisseurs », a déclaré Mulan Cutkovic, analyste chez Axi. Aussi, les résultats des entreprises qui bondissent cette semaine « peuvent être le catalyseur nécessaire pour pousser des indices certes résilients mais sans conviction forte », estime M. Dembik.

Les acteurs du marché ont déjà pu accueillir des publications solides comme celles de LVMH à Paris et de Microsoft aux États-Unis. Les chiffres de trois mastodontes, chouchous des investisseurs, Facebook, Tesla et Apple, seront publiés à tour de rôle après la clôture américaine.

« Si les géants américains de la technologie poursuivent leur lune de miel, d’autres pans de l’économie ne vivent pas la même histoire », se souvient Ipek Ozkardeskaya, analyste à Swissquote Bank « La pandémie continue d’affecter les activités aux États-Unis. Aux États-Unis et dans le monde des petites et moyennes entreprises dépendantes de mesures de relance budgétaire et monétaire », dit-il.

Des mesures de confinement renforcées devraient en effet freiner le rebond attendu des économies.

LVMH progresse de 1,91% à 517,60 euros après avoir limité la baisse des ventes et de la rentabilité l’an dernier grâce à une «forte» reprise en Asie et à un bond des achats en ligne. Dans son sillage, Kering a pris 1,70% à 555 euros.

L’action (+ 0,93% à 131,88 euros) bénéficie de résultats meilleurs que prévu au premier trimestre de son exercice reporté pour sa branche santé Siemens Healthineers (+ 2,90% à 45,91 euros, chez MDax), qui a augmenté son chiffre d’affaires et ses résultats par action prévue pour l’année 2021.

Les groupes de matières premières ont souffert à la fois de la baisse de la livre et d’une baisse des prix des métaux et autres matières cotées: BHP a cédé 2,09% à 2064,50 pence et Glencore 1,90% à 250,15 pence, tous deux derrière le FTSE 100. A Paris, ArcelorMittal a reculé 1,93% à 18 euros.

Du côté des devises et du pétrole

Vers 9h20, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a augmenté de 0,7% à 56,30 dollars le baril. La monnaie unique européenne perdait du terrain face au billet vert, à 1,2157 dollar contre 1,2170 la veille.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap