OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Cac 40 : La Bourse de Paris accroît ses pertes vendredi et boucle le mois de janvier nettement dans le rouge

Cac 40 : La Bourse de Paris accroît ses pertes vendredi et boucle le mois de janvier nettement dans le rouge

(Bourse BFM) – Affaibli depuis trois semaines, le CAC 40 a reculé de plus de 2% vendredi en fin de journée, signant une baisse de 2,74% à l’échelle du premier mois de 2021.

Après avoir gagné 0,93% à l’issue d’une séance déjà très volatile jeudi, l’indice tricolore phare était dans le rouge vendredi et a soudainement accéléré ses pertes en fin de séance suite à la panne de Wall Street. Le CAC 40 ne s’est arrêté qu’à 5 399,21 points, en baisse de 2,02% en clôture (la plus forte baisse depuis le début de l’année), enchaînant une troisième séance consécutive dans le rouge et entamant le mois a ajouté une baisse de 2,74%.

Après avoir culminé le 8 janvier, la psychologie du marché s’est encore détériorée alors que de nouvelles mesures restrictives sont devenues plus apparentes pour faire face à la progression d’une pandémie de Covid-19, ce que les opérateurs réalisent que le vaccin ne fera pas en un instant. les doigts.

“Surchauffe du consensus”

"Surchauffe du consensus"

De plus, certains voient dans une certaine exubérance des investisseurs individuels (comme le montre la valorisation stratosphérique de GameStop, une société totalement marginalisée en bourse il y a un an) le signe d’une bulle. Lire aussi : Le Cac 40 joue le plan de relance américain, Peugeot en tête de l’indice.

«Nous sommes venus, pour la troisième fois en quatre ans, abaisser le niveau de risque de nos portefeuilles dans les premières semaines de l’année en réponse à l’accumulation de signes de surchauffe du consensus [sur les prévisions économiques] et [de l’investisseur] Indicateurs Faible trésorerie et une pondération élevée en actions parmi les gérants à long terme et une exposition nette record aux actions chez les gérants long-short reflètent l’exubérance générale des investisseurs », a averti Paul O’Connor, responsable de la gestion multi-actifs chez Janus Henderson Investors. “Ici, nous voyons les types de signaux qui émergent généralement lorsque les reprises boursières s’épuisent et cèdent la place à des consolidations ou à des inversions de tendance.”

À Wall Street, la frénésie entourant les opérateurs GameStop commençait à susciter de vives inquiétudes. L’action du distributeur de jeux vidéo, qui a regagné près de 80% le matin à Wall Street, tandis que l’annonce jeudi par le spécialiste du trading sans commission Robinhood de restrictions strictes sur les transactions avait provoqué une baisse de 44% de la sécurité. L’agent boursier américain, la Securities and Exchange Commission, a déclaré qu’il étudiait la décision des courtiers en ligne et vérifierait également si l’action avait fait l’objet d’une forme de manipulation de prix. Au moment de la clôture européenne, les principaux indices ont perdu entre 3% (pour le Dow) et jusqu’à près de 4% (pour le Nasdaq Composite).

Voir aussi

M6 brûle, Novacyt se bat

M6 brûle, Novacyt se bat

Dans le même temps, la saison des éditions est restée en plein essor, avec des répercussions notables ce vendredi au large des côtes parisiennes. Lire aussi : La crypto est partout, mais devriez-vous investir? Aperçu:

Kaufman & amp; Large (+ 7,5%): Le nouveau venu au SBF 120 a publié des résultats en forte baisse, mais supérieurs aux attentes pour 2020, et versera 1,85 euro de dividende par action.

M6 (+ 4,5%): L’hypothèse d’une vente de l’actionnaire de contrôle, Bertelsmann, soulève le titre. Reuters affirme que le géant allemand des médias Vivendi a approché Altice Europe (propriétaire de BFM Bourse) ou encore TF1 et le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. L’agence évoque un objectif de cours d’environ 3 milliards d’euros, alors que le groupe n’en vaut actuellement pas 2.

Manitou (+ 2,8%): L’équipementier de manutention a reculé de 24% l’an dernier, mais annonce également des commandes de machines de 727 millions d’euros au quatrième trimestre 2020, réduisant le carnet de commandes en fin de période. millions, contre 595 millions fin 2019.

Mersen (+ 2,6%) a limité la baisse des ventes bio à -11,4% (une baisse de 12-14% était attendue jusqu’à présent).

Elis (+ 1,5%): Le géant de la blanchisserie a confirmé ses prévisions d’EBITDA et de cash flow libre pour 2020, malgré la baisse de 14,5% de son chiffre d’affaires. Détails des résultats prévus pour le 9 mars.

Samse (+ 1,3%): Au 4ème trimestre, le chiffre d’affaires bénéficie d’une dynamique «très positive» avec une hausse de 11,7% par rapport à la même période en 2019 (+ 10,7% à données comparables), à 412,6 millions d’euros.

Wavestone (+ 0,7%): L’activité du troisième trimestre a dépassé les attentes et la bonne orientation de début 2021, conduisant le groupe de conseil à augmenter son objectif de chiffre d’affaires annuel, désormais attendu autour de 410 millions d’euros.

JCDecaux (+ 0,5%): Les ventes ont reculé de 40% en 2020, mais ont affiché une performance légèrement meilleure que prévu au dernier trimestre avec une baisse de -34% “seulement” sur cette période.

Novacyt (-15,7%): Le chiffre d’affaires est passé à 311,6 millions d’euros l’an dernier, contre 13,1 millions d’euros en 2019, avec un EBITDA de plus de 210 millions d’euros et un cash-flow en hausse à 101 millions d’euros (1, 8 millions un an plus tôt!). Mais le titre, qui avait encore augmenté de plus de 20% depuis le début de l’année après les 5,665% de 2020 (il n’y a pas de surplus), fait l’objet de prises de bénéfices soutenues.

Fleury Michon (-8%): Puni par des retards importants dans la restauration aérienne et la livraison de plateaux repas, les ventes reculent globalement de 1,6% l’an dernier (-3,5% à périmètre constant) et le groupe agroalimentaire prévient que les difficultés du secteur aéronautique vont sérieusement affecter le bénéfice net.

Maisons du Monde (-1,8%) a révélé une augmentation de son chiffre d’affaires de 4,8% au second semestre et a réussi à dépasser les attentes de l’année, avec un chiffre d’affaires total de 1,182 milliard d’euros. Le distributeur spécialisé prévoit de réduire la baisse de l’EBITDA de l’année écoulée à un peu moins de 10%.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse