OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Cac 40 : La Bourse de Paris trébuche de 1,6%, plus forte baisse depuis le début de l’année

Cac 40 : La Bourse de Paris trébuche de 1,6%, plus forte baisse depuis le début de l'année

(Bourse BFM) – Les investisseurs ont pris du recul sur les actions lundi, suite notamment à l’annonce de l’erreur du candidat vaccin développée par Merck avec l’Institut Pasteur, et si les mesures sanitaires face à la pandémie deviennent de plus en plus dures. Des actions cycliques particulières ont été sanctionnées.

Après avoir connu une baisse relativement contenue au cours des deux dernières semaines, le CAC 40 a brisé la digue lundi en raison de la propagation de mauvaises nouvelles à travers le plan santé, remettant en cause le scénario idéal d’une reprise et dès que la situation est forte sur fond de vaccination accélérée par des campagnes de vaccination. L’indice phare Tricolor a perdu jusqu’à 1,7% au cours de la séance, clôturant à 5472,36 points, en baisse de 1,57%, la pire performance quotidienne enregistrée à ce stade de 2021.

Début novembre 2020, l’annonce des résultats positifs des tests sur les premiers vaccins contre Covid-19, qui a été rapidement suivi par Pfizer / BioNTech de Moderna, a conduit à une forte augmentation de l’appétit pour le risque, les investisseurs avaient déjà misé sur un retour à des conditions de fonctionnement normales pour la plupart des entreprises. Le boom, proche de 20% en deux mois, a porté le CAC 40 à un plus haut le 8 janvier, 24 février 2020. Pendant deux semaines, les espoirs ont commencé à s’effondrer sans que la bourse ne baisse vraiment. Le mouvement s’est écrasé lundi, à la fin d’une semaine autrement chargée.

«Bien qu’attendue depuis longtemps, l’arrivée des premiers vaccins, mis au point en un temps record, ne permet pas encore une maîtrise rapide de la pandémie, d’autant que la durée de la protection qu’ils assurent reste inconnue. Faute de recul, conditions« normales » car la poursuite de l’activité économique, mais aussi la répétition des voyages, tant professionnels que touristiques, ne peut être envisagée à court terme », a souligné Aurel BGC dans son dernier rapport économique. «En attendant que les campagnes de vaccination progressent, la pandémie continue de se propager. Dans de nombreux pays, en particulier dans l’hémisphère nord, mais pas seulement, des mesures sanitaires pour enrayer l’épidémie afin que la pression sur les systèmes de santé reste« acceptable »,« Ces mesures sont souvent moins contraignante qu’au printemps. Mais il en résulte tout de même un nouveau frein à l’activité “.

Au vu des développements récents, la banque d’investissement estime que «ces freins à la croissance économique se poursuivront au moins au premier trimestre de cette année et l’incertitude restera totale pour le printemps».

L’annonce par l’Américain Merck de l’abandon de son projet de vaccination, développé par l’Institut Pasteur français, a donné un nouvel avertissement, permettant aux opérateurs de voir l’arsenal potentiel contre l’épidémie s’épuiser, et à un moment où les vaccinations semblent être disponibles ou approximativement disponibles ne suffisent pas à garantir une large couverture vaccinale au rythme de production actuel.

Pour Fidelity, c’est “comme si, après l’euphorie du Nouvel An, l’année 2020 venait de faire un retour en plein essor et signifiait qu’en réalité cela prendra deux ans …”. Outre le front de la santé, ce sentiment a été dopé la semaine dernière par des PMI «flash» de mauvais augure, avec une flexion de la croissance de l’activité manufacturière dans la zone euro, dans un secteur des services fortement affecté par les restrictions.

Des réunions importantes sont également à l’ordre du jour cette semaine, à commencer par la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine – qui rendra sa décision mercredi soir – et les discussions au Congrès américain sur le plan de relance de l’administration Bidener. Au niveau microéconomique, les publications de ventes et de résultats se multiplient, avec mardi soir au programme la première société CAC à paraître, LVMH. Le prix du géant du luxe est tombé à 1,9% jusqu’à lundi, tandis que celui de STMicroelectronics pourrait tenir 0,3%. Le fabricant de semi-conducteurs a publié jeudi ses résultats trimestriels, suivant la tendance des revenus déjà annoncée par le groupe, qui selon les données préliminaires dépassait 3,24 milliards de dollars de revenus.

Transpirer au-dessus de ses objectifs

Transpirer au-dessus de ses objectifs

Quasiment stable à l’ouverture, Suez a réussi à prendre 0,7% pour réduire la tendance. Voir l'article : Frédéric Potelle : “Pour moi, l’économie suisse est un miracle perpétuel”. Le groupe visé par une tentative de reprise par Veolia a révélé avoir dépassé ses objectifs au second semestre 2020.

En dehors de l’indice phare, EDF a chuté de 15,6%, le projet de réforme Hercules ayant été nommé face à l’hostilité des syndicats et au refus apparent de la Commission européenne d’accepter de modifier le cadre réglementaire.

Les solutions 30 ont connu un nouvel air gap, en baisse de près de 22% après une nouvelle «lettre ouverte» au PDG de Muddy Waters, qui continue de parier sur un krach boursier.

L’euro a perdu 0,29% à 1,2140 $ dans un climat de prudence, tandis que Bitcoin a offert un rebond de 6,71% à 34077 points.

À contre-courant, les prix du pétrole ont légèrement augmenté, de 0,23% à 55,54 $ pour le Brent et de 0,13% à 52,34 $ pour le WTI, suite aux décisions initiales de Joe Biden (qui limitaient l’offre) et à la perspective d’une baisse de la production saoudienne.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse

Articles populaires