OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Cac 40 : Les foncières laissées pour compte du rebond de la Bourse de Paris

Cac 40 : Les foncières laissées pour compte du rebond de la Bourse de Paris

(BFM Bourse) – Le marché parisien a gagné environ 1,3%, les traders revenant dans la grande majorité des secteurs après la baisse de janvier. Seules les sociétés immobilières connaissent des difficultés majeures du fait de la décision de fermer les grands centres commerciaux non alimentaires en France (et dans de nombreux autres pays européens).

Après avoir reculé de plus de 2% vendredi, le marché parisien a progressé de 1,36% à 5472,57 points lundi, vers 14 heures. Le mouvement de rebond profite à la plupart des secteurs, mais laisse de côté celui des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC) suite à l’annonce par le Premier ministre de la fermeture de grands centres commerciaux non alimentaires.

Presque tous les Ikea en France, une grande majorité de Fnac, le fleuron du boulevard Haussmann des Galeries Lafayette à Paris … Ci-dessous quelques exemples de magasins qui ne sont plus accessibles après la décision du gouvernement de fermer, hors supermarchés, des magasins avec plus de 20 000 mètres carrés de «zone commerciale utile» (et pas seulement la zone de vente, c’est-à-dire les zones non accessibles aux consommateurs, comme les bureaux adjacents ou les réservations). Cela représente au total plus de 400 centres ou galeries en France, sur un total de 858, regroupant 25 000 magasins.

La promesse de reprendre les loyers semble être un point d’arrêt face au manque déjà subi par les entreprises propriétaires des murs de ces centres. D’ici 2020, de janvier à fin novembre, près de 430 millions d’euros de loyers pour les commerçants avaient été abandonnés ou reportés, selon les données de la Fédération des sociétés immobilières et foncières. “Le déficit atteint entre un quart et un tiers du chiffre d’affaires des sociétés immobilières. C’est gigantesque”, a déclaré Jacques Ehrmann, président du Centre national des centres commerciaux (CNCC).

Dans ce contexte, le prix de Klépierre a baissé de 5,9%. Le groupe n’est pas seulement concerné par les restrictions imposées en France (qui touche environ 88% de son portefeuille de centres en France), mais est sanctionné par des mesures similaires en Italie, au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Portugal., En République tchèque . , à Barcelone et Oviedo en Espagne, ainsi qu’à Oslo en Norvège. Au 1er février, environ 70% des centres Klépierre (en valeur, participation totale) font l’objet de mesures de fermeture. De son côté, Unibail-Rodamco-Westfield a perdu 3,8%, mais c’est la seule valeur du CAC 40 en rouge en début d’après-midi.

En revanche, les opérateurs sont prêts à se positionner sur des valeurs cycliques comme ArcelorMittal (+ 3,7%) ou Publicis (+ 2,2%). Les défenses ne sont pas en reste avec 2,9% pour EssilorLuxottica, ni les technologies avec 2,8% pour Teleperformance et 2,4% pour Worldline.

Le secteur des biotechnologies, après sa très bonne année 2020 et dans un contexte où les préoccupations de santé restent au premier plan (pendant longtemps), se démarque encore, notamment avec Valneva. La biotechnologie nantaise récemment sous le feu des projecteurs est en hausse de plus de 13% après une nouvelle commande du Royaume-Uni, qui compte donc acheter 100 millions de doses au total si et quand le vaccin sera approuvé. En conséquence, le DBV augmente de 7%.

Quant à la devise, ce lundi après-midi, le dollar vert est très demandé, l’euro reculant de 0,46% à 1,2082 $.

Enfin, les prix du pétrole ont augmenté de 1% à 55,59 $, pour le Brent européen et le pétrole brut américain WTI de 0,63% à 52,53 $.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse