OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Coronavirus en Suisse – L’économie vaudoise résiste à la crise

Coronavirus en Suisse - L'économie vaudoise résiste à la crise
SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

La baisse du PIB de l’économie vaudoise en 2020 est estimée à 3,4%, alors qu’une contraction d’environ 5% était attendue, a indiqué jeudi l’Institut d’économie appliquée de l’Université de Lausanne. Un retour à la croissance devrait avoir lieu cette année dans plusieurs branches.

Le PIB de l’économie vaudoise s’est moins dégradé que prévu en 2020. Sur le même sujet : combien de temps garder les relevés de banque.

L’économie vaudoise semble mieux résister que prévu à la crise des coronavirus. La baisse de son PIB en 2020 est estimée à 3,4% alors qu’une contraction d’environ 5% était attendue jusqu’à présent, selon les dernières estimations du CREA.

L’Institut d’économie appliquée de l’Université de Lausanne (CREA) s’attend à une reprise à partir de 2021 avec une croissance de 2,2%, puis 3,5% en 2022, selon des données publiées jeudi en collaboration avec l’Etat de Vaud, la Banque Cantonale Vaudoise et la Vaudoise Chambre de commerce et d’industrie (CVCI).

Dans leur communiqué de presse, ces différents partenaires reconnaissent que la situation reste “tendue” et que le moral des entreprises est “très négatif” dans l’industrie et dans l’hôtellerie et la restauration. «La situation est cependant tempérée par les mesures mises en place par la Confédération et le canton», notent-ils, évoquant des mesures de chômage partiel ou des aides à la misère.

Retour de croissance

Pour 2021, les économistes vaudois s’attendent à un retour à la croissance dans plusieurs branches: hôtellerie et restauration, industrie mécanique et horlogère, immobilier et services aux entreprises, services publics et parapublics. A voir aussi : Où vendre des bitcoin ? Les perspectives sont également jugées «bonnes» pour les produits pharmaceutiques, l’un des rares secteurs à ne pas être dans le rouge l’année dernière.

Dans les autres branches, une stagnation est attendue dans la construction et le commerce. En revanche, une baisse d’activité est possible dans les services financiers et les transports.

Ces différentes évolutions correspondent généralement à celles attendues pour l’ensemble de la Suisse. Ils doivent cependant être considérés «avec prudence», notamment en raison de la propagation de nouvelles variantes du virus, soulignent les économistes vaudois.

Entre autres incertitudes, ils citent la possibilité d’une appréciation du franc ainsi que le développement des relations Suisse – Union européenne et Etats-Unis – Chine.

Articles en relation