OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Coronavirus: récession historique de l’économie de …

SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

Un niveau de recul jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale mais néanmoins «meilleur» que prévu puisque l’institut et la Banque de France avaient anticipé -9%, alors que le gouvernement attendait très prudemment -11%.

La France a en effet mieux résisté lors de l’endiguement de novembre, avec un PIB en baisse de 1,3% au quatrième trimestre.

En Espagne, le PIB s’est effondré de 11% l’année dernière, selon la première estimation officielle publiée vendredi. Ce chiffre est conforme aux prévisions du gouvernement espagnol (-11,2%), alors que le Fonds monétaire international (FMI) s’est montré plus pessimiste, tablant sur -12,8%.

L’économie s’est effondrée au printemps avant de rebondir en été, mais l’activité, en particulier le tourisme, a été rapidement freinée par le retour des restrictions sanitaires. L’Espagne a terminé 2020 avec plus d’un demi-million de chômeurs supplémentaires, en particulier dans le tourisme et l’hôtellerie.

Pire année en Allemagne depuis 2009

Pire année en Allemagne depuis 2009

Le 14 janvier, Berlin a lancé le bal parmi les grandes économies de la zone euro en annonçant une baisse de son PIB de 5%, sa pire année depuis 2009, même si le rebond de son secteur industriel lui a permis de limiter les dégâts. Lire aussi : Comment changer des bitcoin en euro ? L’Allemagne a toutefois déclaré vendredi que son produit intérieur brut national avait légèrement augmenté de 0,1% au quatrième trimestre.

Sa voisine, la Pologne, première économie d’Europe centrale et orientale, a annoncé la première baisse (-2,8%) de son PIB depuis 1991, selon l’Office national des statistiques GUS. Plus loin, les Etats-Unis s’en sortent mieux avec une baisse annuelle de 3,5% de l’activité. En Suisse, le Secrétariat d’État à l’économie (Seco) s’attend à une baisse de 3,3%.

Les perspectives pour 2021 ne sont pas forcément optimistes. Selon Emmanuel Jessua, économiste à l’Institut Rexecode, la France aura du mal à atteindre une croissance de 6% au premier trimestre, comme son gouvernement le prévoit.

En Allemagne, l’institut économique DIW estime même que le PIB baissera de 3% au premier trimestre 2021. Mercredi, Berlin a envoyé un autre mauvais signal en abaissant sa prévision de croissance annuelle à 3%, contre 4,4% précédemment attendus.

Mardi prochain, les mauvais chiffres pourraient suivre à nouveau avec la publication du PIB annuel de l’Italie ainsi que celui de la zone euro.

Recherches populaires