Crime en économie – Augmentation du nombre de délits économiques en 2020

Les cas de gestion déloyale et d’évasion fiscale représentent l’essentiel des délits.

L’année dernière, les tribunaux suisses ont traité 52 affaires de délits économiques, représentant un montant total de responsabilité délictuelle de 355,1 millions de francs. Ici, le tribunal cantonal vaudois (illustration photo).

Le nombre de délits économiques a augmenté l’année dernière en Suisse, touchant principalement les institutions publiques. Si le montant total des dommages a légèrement diminué, le nombre de cas a fortement augmenté dans la région du Léman.

L’année dernière, les tribunaux suisses ont traité 52 affaires de délits économiques, représentant un montant total de responsabilité délictuelle de 355,1 millions de francs. Par rapport à 2019, les juges suisses ont traité quatre autres affaires, mais les dommages-intérêts ont baissé de 2,3%, selon une étude publiée jeudi par le cabinet d’audit KPMG.

La plupart des cas (20) concernaient des institutions publiques – principalement des cas de fraude à l’assurance sociale – des particuliers (12) et des entreprises (10).

Parmi les montants des délits, la fraude fiscale représente la plus grande partie avec 93,1 millions de francs dans trois cas seulement. Une gestion déloyale suit, avec 83,1 millions pour dix affaires, et des détournements de fonds (68,5 millions pour dix affaires jugées).

Les tribunaux suisses n’ont eu à traiter que de deux affaires de corruption pour 38,9 millions de francs et de quatre affaires de blanchiment d’argent pour 39,3 millions de francs. La fraude à la sécurité sociale ne s’est élevée qu’à 8,5 millions.

Plus de personnes privées

Plus de personnes privées

Si les escrocs professionnels représentent la majorité des affaires (19), le nombre de particuliers traduits devant les tribunaux est passé à 13 en 2020 contre 3 en 2019. Le crime organisé est relativement peu représenté avec une affaire l’année dernière, contre deux en 2019.

A lire aussi :   En revenant dans leur maison squattée, les propriétaires font des découvertes sordides

Les auteurs de l’étude ont noté une flambée des affaires de criminalité économique dans la région lémanique, qui est passée de 13 cas en 2019 à 19 l’année suivante pour un montant total de 130,1 millions de francs. Cela représente 40% des délits économiques commis en Suisse et plus d’un tiers de la somme délictuelle.

C’est nettement plus que dans la capitale économique de Zurich (8 cas pour 29,1 millions) et au Tessin (1 cas pour 15 millions).

KPMG, qui compile chaque année son «Baromètre de la fraude judiciaire», note cependant que de nombreux cas de criminalité économique ne donnent pas lieu à une plainte et que les chiffres réels «pourraient bien être nettement plus élevés».

Vous avez trouvé une erreur? Faites votre rapport maintenant.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap