OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Économie vaudoise – La transition numérique met la pression sur l’emploi

SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

La numérisation de l’économie s’est accélérée avec la pandémie. Pour le Canton, il s’agit désormais d’accompagner ce changement.

La numérisation de l'économie s'est accélérée avec la pandémie. Pour le Canton, il s'agit désormais d'accompagner ce changement.

Pour le Canton, les domaines de formation nécessaires à la transition numérique sont l’informatique, la santé, la technologie et l’ingénierie. Sur le même sujet : BOURSE-Les valeurs à suivre à Paris et en Europe (actualisé).

Il s’agira également de construire des ponts entre les entreprises traditionnelles et les petites structures innovantes.

L’informatique, la santé et l’ingénierie bénéficieront de la numérisation, au détriment du commerce, de l’industrie, de la finance et de l’assurance.

Le virage numérique prend forme dans le canton de Vaud. Ce sont les Statistiques Vaudoises qui le constatent à l’occasion de leur 50e anniversaire. Dans son dernier numéro “Prospective”, l’organisme cantonal anticipe les changements que la numérisation de la société entraînera inévitablement. Les défis liés à ce changement résident en particulier sur le marché du travail. Et si cette dernière peut susciter des craintes, les chiffres analysés par le Canton semblent plutôt rassurants. Mais, pour le conseiller d’Etat Pascal Broulis, il s’agira d’accompagner cette évolution.

“Télétravail, commerce en ligne: la pandémie a clairement accéléré la transition numérique”, note le conseiller d’Etat à la tête des Finances vaudoises, présentant lundi le dernier flash statistique. Les chiffres officiels dont il dispose dépendent des statistiques fédérales. Ils datent de 2018 – bien avant la pandémie – mais la tendance est là. Ainsi, il y avait encore 42% des ménages non connectés à Internet en 2002, contre quelques pour cent aujourd’hui. Dans le monde du travail, l’impact est le même: 87% des Suisses actifs ont travaillé sur l’informatique en 2019 et un quart d’entre eux ont changé d’activité avec l’introduction d’un nouvel outil numérique.

Alors que faire de cette observation? Le canton est rassurant. Si les évolutions technologiques ont toujours fait craindre des suppressions d’emplois, il s’avère que ces dernières années le marché du travail a crû de 30%, entre 2001 et 2018, alors que l’économie vaudoise se spécialise de plus en plus dans le secteur. services, avec une baisse «relative» dans les secteurs secondaire et primaire. Au fond, l’emploi a suivi l’évolution démographique vaudoise, dont la population est passée de 615 000 à plus de 800 000 en vingt ans.

Formation continue

La transition numérique doit se poursuivre et le Canton mise sur une croissance de l’emploi comprise entre –5% et + 5% à l’approche de 2030. «Il faudra permettre à la population de se former à ce développement», note Carole Martin, chef de projet de la section prospective et l’aide à la décision à Statistics Vaud. Pour les autorités, cette transition numérique nécessitera, pour la population, de se former tout au long de sa vie pour suivre un rythme de changement toujours plus rapide. A voir aussi : comment faire changement adresse banque postale. Pour l’emploi, les compétences technologiques, ainsi que les compétences sociales et émotionnelles, seront de plus en plus demandées. «Mais il y a aussi des professions vouées à disparaître malgré une excellente formation, comme les radiologues», précise Carole Martin.

“L’outil numérique ne doit pas devenir un outil de contrôle.”

Pour assurer la compétitivité des entreprises vaudoises, les PME (99% des entreprises) devront s’adapter à ce virage. Du côté des salariés, le canton anticipe une plus grande mobilité professionnelle, avec une alternance entre emploi et non-emploi, qui nécessitera notamment des adaptations juridiques, comme la loi sur le travail ou la loi sur le chômage, qui n’encourage pas la non-reconversion professionnelle.

Quant à l’impact de la pandémie, Pascal Broulis note la tendance de certains Etats à «reprendre le contrôle de la population». «L’outil numérique ne doit pas devenir un outil de contrôle», dit-il. C’est aussi pourquoi nous devons former des gens. “

Voir aussi