Exclusif. BNP Paribas : les nouveaux horaires d’ouverture des agences, non pris en compte, appliqués à partir du 11 janvier

Exclusif. BNP Paribas : les nouveaux horaires d'ouverture des agences, non pris en compte, appliqués à partir du 11 janvier

La révision des heures d’ouverture des agences bancaires de BNP Paribas commence le 11 janvier, a appris MoneyVox de sources concordantes. Ce projet, présenté comme un moyen de s’adapter aux besoins des clients, continue de susciter des controverses en interne.

Sur fond de conflits internes, BNP Paribas s’apprête à lancer son projet de refonte des horaires d’ouverture de ses agences bancaires. Intitulé “Etre là pour nos clients”, ce projet vise à adapter les heures d’ouverture des agences au nombre de personnes qui les fréquentent. Il est présenté comme une façon de s’adapter aux besoins des clients et à la vie du quartier. Certaines agences ouvriront plus tard dans la matinée et seront ouvertes jusqu’à 19 heures certains jours, tandis que d’autres fermeront plus tôt dans l’après-midi.

Concrètement, la banque divisera ses agences en 3 catégories en fonction de leur plage horaire. Selon nos informations, sur les 1 748 agences du groupe, 346 (soit 20 %) seront de type 1. Cela signifie qu’elles seront ouvertes 39 heures par semaine, ce qui est la plage horaire la plus importante. La majorité des agences (981, soit 56%) seront ouvertes 37 heures par semaine. Enfin, les 421 succursales restantes (24%) fonctionneront désormais sur une semaine de 35,5 heures. Ces succursales dites de type 2 et de type 3 sont principalement situées dans les régions.

A lire aussi :   quelle banque choisir avec un dossier de surendettement

MoneyVox fait l’actualité depuis plus d’un an et le changement de rythme commence ce lundi, a appris MoneyVox de sources concordantes. “Cela peut dépendre des lieux, mais les premières agences passeront aux nouveaux horaires le 11 janvier”, rapporte Richard Pons, délégué syndical national de la CFDT.

“Nous retournons 20 ans en arrière ! »

“Mon agence est impactée à partir du lundi 11 janvier. Elle ouvrira à 9h30, fermera de 13h à 14h, puis ouvrira jusqu’à 18h, soit un rythme hebdomadaire de 39 heures, selon un conseiller parisien interrogé par MoneyVox. Je dois arriver à 9h20, partir pour le déjeuner à 13h05, revenir à 13h55 et repartir à 18h05 le soir”. Un horaire qui ne passe pas par ce conseiller. “Dans le passé, nous avions une certaine souplesse dans la gestion de nos horaires, tout en veillant à ce qu’il y ait toujours du monde dans l’agence. Maintenant, les horaires vont être fixés. Et si nous avons besoin d’un peu plus de temps pour compléter un dossier, nous devrons demander au préalable à notre direction l’autorisation de faire des heures supplémentaires. Nous allons revenir 20 ans en arrière ! “déplore ce responsable de compte.

Bien que signé par le BNS, syndicat majoritaire, à la fin de l’année 2020, ce projet continue de faire l’objet de débats internes. La CFDT, avec la CFTC, a lancé une injonction du tribunal cet automne pour tenter de contrecarrer ce projet. Cette initiative a échoué. Nos arguments étaient recevables, mais le juge a estimé qu’ils ne permettaient pas de suspendre l’affaire”, a déclaré M. Pons. D’autre part, nous ne renonçons pas à la perte, pour certains employés, du paquet exécutif. Nous sommes toujours en discussion avec notre avocat sur cette mesure, que nous considérons comme discriminatoire. Nous avons deux mois pour tenter quelque chose”, poursuit ce dirigeant syndical.

A lire aussi :   quelle banque choisir en 2019

En effet, outre la modification du taux horaire, ce projet touche plus généralement le contrat de travail et la rémunération des conseillers. Les employés des agences de type 2 et 3 ne peuvent plus bénéficier du taux journalier fixe, spécifique aux cadres, et passent à la durée collective de travail. Pour eux, cela signifie une perte de 3,5 ou 11,5 jours de RTT et la fin d’une prime de 2,3% de leur salaire annuel brut.

Neobanks : les offres les moins chères pour maîtriser son budget

Récupération partielle de la prime aux cadres

“Sans accord, les 1 200 cadres forfaitaires des agences de type 2 et 3 auraient été reçus par leurs responsables individuels et se seraient vu proposer un retour à la durée collective de travail par le biais d’un avenant à leur contrat de travail, sans aucune compensation financière”, justifie le SNB dans une communication à ses membres. Ses représentants restés à la table des négociations ont en effet obtenu que la prime-cadre ne disparaisse pas complètement, mais soit versée mensuellement à partir de janvier 2022. Cependant, “seuls les cadres qui changent de rythme au cours des quatre premiers trimestres bénéficieront de l’intégration de leur prime. Un salarié impacté le 1er mai n’y aura plus droit”, regrette Richard Pons.

“Je pense que, sous couvert de s’adapter aux clients, notre direction remet en cause nos horaires et notre autonomie afin de réduire les coûts. Aucun de mes clients n’a jamais exprimé ce type de demande d’allongement des horaires. Au contraire, c’est précisément à l’heure du déjeuner qu’ils venaient dans les agences”, explique l’un des conseillers de la banque. Le revers de la médaille est que la BNP n’a jamais, à ma connaissance, envisagé de supprimer des emplois, ni de partir volontairement ou prématurément”, ajoute-t-il.

A lire aussi :   C'est quoi la banque en ligne ?

En novembre dernier, la CFDT a fait valoir que “la véritable raison de ce projet est économique, notamment en supprimant 50 000 jours de RTT par an”. BNP Paribas s’est toujours défendu, soulignant que ce projet s’inscrit dans le cadre de l’adaptation régulière de son réseau d’agences à ses clients, ce qui implique un ajustement des horaires de travail de ses équipes.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap