OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

La BCE offre un programme généreux

La Banque centrale européenne continue à offrir des conditions de financement très favorables en 2021.

La Banque centrale européenne (BCE) a une fois de plus tenu ses promesses et, comme prévu, utilise ses instruments préférés pour recalibrer sa politique monétaire. Cela comprend l’achat d’obligations dans le cadre du programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (EPPP), des appels d’offres ciblés à long terme, une période plus longue de réinvestissement dans l’EPPP et la volonté d’ajuster les instruments de politique monétaire si nécessaire. Ce paquet complet est conçu pour garantir des conditions de financement très favorables sur les marchés des capitaux et les prêts à long terme. En fin de compte, cela est également nécessaire en raison de la vision plus pessimiste de l’économie qu’a la BCE.

500 milliards et la prolongation jusqu’en mars 2022 semblent particulièrement généreux et doivent donc être considérés comme une sorte de prime d’assurance. Avec le volume actuel inutilisé du PPE et le ralentissement des achats d’obligations depuis l’été, il y a suffisamment de fonds pour répondre aux risques avec la flexibilité nécessaire. Cela devrait donner au marché une sécurité jusqu’à la fin de 2021. Il est moins important de savoir si l’enveloppe entière sera vraiment nécessaire. Ce qui est important, cependant, c’est le signal de la BCE qu’elle dispose de suffisamment de munitions pour garder toutes les options ouvertes et qu’elle sera capable de réagir rapidement.

L’évaluation de l’évolution des taux de change était attendue avec impatience après que l’euro a franchi le seuil de 1,20 dollar par euro. La BCE a souligné qu’elle suivrait de près l’évolution des taux de change et leur impact sur l’inflation, ce qui devrait envoyer un signal suffisant aux marchés des changes. Il est clair que la BCE ne serait pas à l’aise avec une nouvelle appréciation de l’euro car cela mettrait principalement la pression sur la tendance déjà modérée de l’inflation. L’inflation a déjà été ralentie par la poursuite de l’endiguement, même si l’impact économique devrait être moins grave qu’au printemps. Toutefois, la banque centrale brosse un tableau très prudent de l’évolution économique. La prévision de croissance pour 2021 a été revue à la baisse, tout comme la trajectoire de l’inflation. Toujours pour 2023, la BCE s’attend à ce que l’inflation n’augmente que de 1,4 %, manquant à nouveau l’objectif. Dans ce contexte, le Président Lagarde a rappelé à plusieurs reprises que la priorité restera d’assurer des conditions de financement très favorables à l’ensemble de l’économie sur le long terme. Cela signifie, en fin de compte, que la BCE restera en expansion et que les achats d’obligations se poursuivront. Ce qui a commencé comme une nouveauté en 2015 avec l’achat d’obligations d’État est devenu depuis longtemps la “nouvelle norme”.