La Bourse suisse bientôt reconnue par Londres comme équivalente

La Bourse suisse bientôt reconnue par Londres comme équivalente

Le Royaume-Uni a à peine quitté le marché européen qu’il rompt déjà avec la politique de l’UE. Londres se prépare en effet à reconnaître l’équivalent de la Bourse de Zurich. Un privilège dont il est privé au niveau européen depuis 2019.

Cette évolution est loin d’être anodine à plusieurs niveaux. D’un point de vue économique, tout d’abord, puisque Londres reste la bourse de référence du Vieux Continent.

Pour la Suisse, cette promesse de reconnaissance boursière est une bonne nouvelle. Selon le Financial Times, le Conseil fédéral entend rendre rapidement la pareille au Royaume-Uni et reconnaître à son tour les bourses britanniques, d’ici le mois prochain.

La bourse suisse … perdante

La bourse suisse ... perdante

Mais au final, c’est surtout Londres qui fait beaucoup, selon Fabien Bruegger, responsable du trading actions à la BCV. Voir l'article : Quelle est la meilleure banque en France en 2019 ?.

« Quand il y a eu la perte d’équivalence européenne de la Bourse suisse, tous les échanges sont retournés en Suisse. Là, ce que ce changement va simplement permettre, très concrètement, c’est que nous pouvons à nouveau lister les titres et négocier à Londres. Et en effet, on pourrait dire que le premier perdant est la bourse suisse qui verra son volume d’échanges diminuer, et donc ses revenus diminuer », explique-t-il.

Une perte que Fabien Bruegger met en perspective, estimant que c’est le prix du retour à une certaine normalité.

Peu de goût de vengeance, mais …

En 2019, la décision de Bruxelles de mettre fin à l’équivalence boursière a été considérée comme une sanction injuste à Berne. Ceci pourrez vous intéresser : combien peut on retirer au distributeur banque postale. Pour la Suisse officielle, l’accord avec le Royaume-Uni a donc un petit goût de revanche.

Avocat d’affaires suisse basé à Bruxelles, Jean Russotto doute pour sa part que ce soit un bon calcul au niveau politique.

« Ce que l’Union européenne retiendra de tout cela, c’est que la Suisse prend ses distances et s’allie au Royaume-Uni, ce qui a causé tant de difficultés pour l’UE. Cette nouvelle alliance va rendre les négociateurs tendus. Européens », pense cet observateur.

Cela compliquera les discussions futures, déjà mal gérées, sur le sort de l’accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l’UE.

& gt; & gt; Lire aussi: L’Union européenne n’accorde pas d’équivalence boursière à la Suisse

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap