OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

La pandémie laisse le système de retraite indifférent

La pandémie laisse le système de retraite indifférent
SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

La pandémie pèse sur les portefeuilles d’une partie de la population et sur les comptes publics. Mais le système de retraite reste très stable. L’AVS et la prévoyance professionnelle ne sont guère concernés, du moins à court terme.

La Suisse a franchi le seuil des 9 000 décès dus à Covid cette semaine. La plupart des disparus étaient des retraités, avec un âge médian de 85 ans. Au-delà du malheur, il y a tellement de pensions qui n’auront plus à être payées. Le journal Schweiz am Wochenende a récemment estimé à un milliard de francs les économies que cette surmortalité générerait pour le fonds AVS.

Pour l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS), il est trop tôt pour faire une projection concrète des effets de cette surmortalité. «Puisque l’AVS dépense environ 50 milliards de francs chaque année, les pensions impayées suite au décès prématuré de plusieurs personnes de plus de 65 ans pendant la pandémie ne représentent qu’une somme insignifiante et trop petite pour avoir un impact sur les finances d’AVS», a déclaré à RTS Sabrina Gasser, porte-parole de l’OFAS. .

Pour le vice-président d’Unia aussi, ces retraites impayées sont marginales: “Ce n’est pas ce qui va sauver l’AVS”, souligne Aldo Ferrari.

Même constat du côté du deuxième pilier: “Pour les personnes concernées par le Covid, ce n’est de loin pas un épiphénomène. Mais d’un point de vue statistique, on peut l’imaginer”, a déclaré Jean-Rémy Roulet, Président de l’Association suisse des institutions de prévoyance (ASIP).

Cotisations déduites à 100%

Cotisations déduites à 100%

Voilà pour les dépenses. Mais quel est l’impact de la pandémie sur les revenus? On pourrait craindre une baisse en raison de l’utilisation massive de RHT et d’APG. Sur le même sujet : quelle banque choisir pour pret immobilier. Mais pas du tout. A court terme, l’impact sera quasiment nul, précise Jean-Rémy Roulet: “Il n’y a pas de perte de cotisation, même pour les personnes en HRT. Car la cotisation reste la même, tant pour l’employeur que pour le salarié”, note Jean-Rémy Roulet.

Le RHT garantit et même oblige le salarié et l’employeur à payer des cotisations sociales sur 100% de leur salaire, réduisant en conséquence le revenu disponible des salariés. «Chaque mois qui passe, cela devient de plus en plus problématique, surtout pour les bas salaires, comme dans l’hôtellerie», déplore Aldo Ferrari.

A découvrir aussi

Risque à moyen terme

Cette réduction des revenus des salariés permet néanmoins au système de retraite de rester étanche, du moins à court terme. “A moyen terme, si l’économie peine à se redresser, des problèmes peuvent survenir dans certains secteurs, comme la restauration, l’hôtellerie ou les transports. Sur le même sujet : La Bourse de Paris attendue dans le vert. A ce moment-là, il y aura un impact pour les fonds de pension”, prévient Jean-Rémy Roulet le président de ASIP.

Pour les deux experts, aussi solide soit-il, le système de retraite doit être réformé. Et la pandémie n’a rien enlevé à l’urgence d’un changement. Malgré une surmortalité temporaire due à Covid, l’augmentation de l’espérance de vie devrait se poursuivre et la population continuer à vieillir.

Pascal Jeannerat et Feriel Mestiri

Les fonds AVS / AI / APG dans le positif en 2020

Les fonds de compensation AVS / AI / APG ont clôturé l’année 2020 avec un résultat positif, a déclaré jeudi Compenswiss, qui gère et administre conjointement les trois fonds. Lire aussi : quelle est la meilleur banque en ligne.

La crise des coronavirus a provoqué de graves turbulences sur les marchés financiers. La forte baisse des cours boursiers au printemps a été suivie d’une reprise rapide et forte, qui a contribué à clôturer en chiffres noirs.

Le rendement net des investissements a atteint 5,22%. Au total, la fortune s’élève à 38,543 milliards de francs, contre 36,440 un an plus tôt.

<< Par précaution, le niveau de liquidité a été augmenté au printemps 2020. Les sorties, ou le montant des annuités à payer, sont restés pratiquement inchangés. La pandémie Covid-19, en revanche, a conduit à une réduction des entrées de trésorerie. L'augmentation de la liquidité a permis à Compenswiss d'honorer à tout moment ses obligations de paiement », a néanmoins communiqué Eric Breval, directeur de l'établissement.

2 milliards pour AVS

Pour la première fois en 2020, le fonds AVS a reçu un financement supplémentaire d’environ 2 milliards de francs. Voir l'article : comment une banque gagne de l’argent. Ces ressources supplémentaires résultent de l’acceptation de la loi sur la réforme fiscale et le financement de l’AVS (RFFA) par la population en mai 2019.

Ces nouvelles ressources n’accordent cependant qu’un répit de trois à cinq ans au fonds AVS. En l’absence de nouvelles mesures politiques, l’écart entre les dépenses et les recettes continuera de se creuser en raison de l’évolution démographique et du vieillissement de la population, écrit Compenswiss. (ats)