OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

Les pays dépendants du pétrole pourraient perdre des milliards

Les pays dépendants du pétrole pourraient perdre des milliards
SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

La transition énergétique pourrait coûter des milliers de milliards de dollars aux pays dont l’économie dépend du pétrole d’ici 2040. Les chiffres dévoilés par le think tank Carbon Tracker sont ahurissants.

L’estimation du think tank britannique atteindra 13 000 milliards de dollars d’ici 2040. C’est ce que tous les pays producteurs de pétrole perdraient ensemble si le réchauffement climatique pouvait être limité à 1,6 degré.

Le mécanisme est simple: le respect des objectifs climatiques entraînerait une diminution de la demande de combustibles fossiles, avec des conséquences sur les prix.

Quarante pays à risque

Quarante pays à risque

Ces pertes ne sont pas réparties uniformément. Sur le même sujet : ou trouver son identifiant banque postale. Certains pays producteurs de pétrole, comme les États-Unis, l’Inde ou la Chine, ne dépendent pas uniquement des revenus pétroliers.

D’autres pays sont vraiment en danger. Selon les chercheurs, si ces États maintiennent leur modèle actuel, ils risquent des pertes vertigineuses.

Par exemple, l’économie de l’Irak et celle de la Guinée équatoriale dépendent à 80% des combustibles fossiles, y compris le gaz et le pétrole. Pour l’Arabie saoudite, cette proportion passe à 60%. La liste est longue: l’Angola, le Nigéria ou même l’Azerbaïdjan.

Carbon Tracker a sélectionné une quarantaine de pays qualifiés de pétro-économies, qui doivent impérativement diversifier leur modèle économique.

Voir aussi

Maladie hollandaise

L’Europe a également souffert de ce problème, notamment aux Pays-Bas. Dans les années 1960, plusieurs grands gisements de gaz naturel ont été découverts. A voir aussi : What is Ethereum? • [Beginners Guide]. En pleine euphorie, tout a été misé sur ces ressources, au détriment d’autres industries, qui ne se sont donc plus développées.

Lorsque le prix du gaz a chuté, il ne restait plus rien à prendre en charge économiquement. Ce phénomène a été appelé le «syndrome hollandais» ou le paradoxe de l’abondance. Un mal dont souffrent déjà les pays mentionnés par Carbon Tracker.