OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE GRATUIT !

With the merger between Société Générale and Crédit du Nord, 600 branches will close

With the merger between Société Générale and Crédit du Nord, 600 branches will close
SIMULER UN CREDIT EN 1 MINUTES !

Par le biais des médias, les salariés ont récemment appris que 600 agences avaient déjà été condamnées à la fermeture, en raison de la fusion Société Générale / Crédit du Nord. Ce ne sont que les premiers résultats de cette opération, car les conséquences sur l’emploi s’annoncent importantes et concernent les salariés de plusieurs filiales du groupe.

Les représentants syndicaux présents dans chacune des entités ne peuvent écouter que des milliers de salariés dont l’avenir est incertain. Il est à noter que, selon la direction, cette fusion (qui était étudiée depuis quelques années) aurait été accélérée par la crise sanitaire. Il faut ajouter que la Société Générale mène des plans de transformation depuis dix ans et nous regrettons que tous les salariés n’aient pas été impliqués dans ces changements.

A chaque transformation, notre organisation syndicale ne cesse et ne cessera jamais d’influencer la direction pour que les salariés ne soient pas des variables d’ajustement afin d’optimiser les profits, pourtant déjà colossaux. Le groupe Société Générale s’assure qu’il n’y aura pas de départs forcés. Pour nous, la réalité est plutôt qu’il n’y aura pas de suppressions de postes encadrées par le législateur, comme les PSE ou les accords permettant aux salariés d’avoir des possibilités de mesures et de droits spécifiques à leur situation … Cette posture n’est pas nouvelle, comme en témoigne le nombre croissant de démissions au cours des cinq dernières années, les salariés n’ayant pas d’autre issue …

Si la Société Générale se targue de placer la politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) au cœur de sa stratégie, nous regrettons qu’elle ne l’applique pas à ses salariés. Car ce sont encore une fois les salariés qui s’apprêtent à se sacrifier sur l’autel de la rentabilité pour certains et de l’augmentation des risques psychosociaux avec la dégradation des conditions de travail pour d’autres.

Notre syndicat est très inquiet de ce nouveau projet de fusion, qui équivaut à une rupture sociale dans l’indifférence générale. Mais nous comptons sur la mobilisation des salariés qui ne baisseront pas la tête et nous serons présents et agirons pour empêcher la destruction de leurs emplois et la dégradation des conditions de travail.